Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 07:00

"Les réserves de substitution
pour l'irrigation agricole"

Jeudi 16 mars à 20 h aux Roches-Prémarie-Andillé
(Grande salle polyvalente du Clos)

 

Exposés introductifs :

Les enjeux économiques et agricoles des réserves de substitution :
   Michel GIRARD, ingénieur agricole

Les enjeux écologiques : Jean-Louis JOLLIVET, administrateur
   Vienne Nature

Table Ronde :

   Présentation et avis des participants : Élus, Confédération Paysanne,
   Vienne Agro Bio, U.F.C Que Choisir, Terre de Liens, Fédération de la
   Pêche de la Vienne.

Ci-dessous, un résumé de l'intervention de Monsieur Michel Girard

« Dans l'objectif d'un retour à l'équilibre entre prélèvements et ressources en eau, les volumes attribués pour l’irrigation sur le bassin du Clain devaient progressivement diminuer, de 34 millions de m3 en 2013 à 17 Mm3 en 2017. Un contrat passé entre l’Agence de l’eau Loire-Bretagne d’une part, la Chambre d’Agriculture et les irrigants maîtres d’ouvrage d’autre part, prévoyait la construction de 43 Réserves de substitution, ou "bassines", pour stocker 13 Mm3 d’eau en hiver.

Ce projet global de 43 bassines sur le bassin du Clain, c’est l’équivalent de 8 fois le barrage de Sivens dont le coût de l’aménagement avait été jugé très excessif au regard des intérêts attendus. En effet, stocker et pomper l’eau en hiver, pour de nouveau la pomper en été afin d’irriguer est tellement coûteux que les agriculteurs concernés, une minorité, sollicitent des subventions importantes : 44 M€ d’aides étaient envisagées en 2013, soit 61% des coûts. Mais ces coûts ont progressé depuis 2013, au total ils pourraient être de plus de 80 M€ et pour que l’opération soit jouable, les irrigants sollicitent 70% d’aides (voir ci-dessous des images de la construction de la bassine de Nouaillé).

Alors que les ressources publiques se font rares pour d’autres projets de la collectivité, consacrer de telles sommes pour produire du maïs est une aberration car c’est une production largement excédentaire, peu intensive en main d’œuvre, mais exigeante en engrais et pesticides. Par contre, pour un coût nettement inférieur, il serait possible d’accompagner les agriculteurs afin qu’ils remplacent le maïs, une culture d’été, par des cultures d’hiver moins exigeantes en eau (blé, colza, protéagineux, légumineuses…) ou par du tournesol, voire du "maïs population*". C’est ce volet accompagnement, totalement absent du programme, qui devrait être revalorisé en complément de Mesures Agro-Environnementales et Climatiques de la PAC.

De plus, les irrigants prennent de gros risques : subir des restrictions aux prélèvements en hiver (comme cette année), ne plus avoir le droit de prélever avec le changement climatique, subir l’accroissement des coûts de l’énergie… Un programme insoutenable ! »

* : "Les variétés population" sont constitués d'individus qui se multiplient en pollinisation libre tous différents, et contrairement aux hybrides, ils peuvent se ressemer d'une année sur l'autre. Elles contribuent donc à l'autonomie des agriculteurs (NDR).

Bassine de Nouaillé en cours de remplissage (décembre 2012)

Bassine de Nouaillé en cours de remplissage (décembre 2012)

Construction de la bassine de Nouaillé de mars 2011 à septembre 2012.

Construction de la bassine de Nouaillé de mars 2011 à septembre 2012.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Girard - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de l'ACLES
  • Le blog de l'ACLES
  • : Blog associatif de L'A.C.L.E.S. (Association Culture Loisirs Entente Sport) : Art & Créations, Banda, Cartonnage, Chorale, Collectionneurs, Informatique-Photo/Vidéo, Lectures-Plurielles, Poterie, Pouces-Verts, Randonnée-Pédestre, Sm'Art, Théâtre.
  • Contact

Recherche